barre

Lenia Major, auteur jeunesse
| Bibliographie | Contact | Rencontres | Site | Boutique | E book | A paraître |

jeudi 20 juillet 2017

L'invité mystère...

C'est l'été, les sorties sont prévues à la rentrée, mais j'ai quand même des choses à vous raconter !

Ou plutôt, j'ai envie de vous parler d'un métier de l'édition totalement invisible aux yeux des lecteurs. Et d'une personne plus particulièrement.
Quel suspense, mes amis ! Que va-t-elle nous dévoiler : qui est Charlie de drôles de dames ? Le père Noël existe-t-il ?  
Presque !

Je vous bassine régulièrement, en maman fière de sa progéniture, avec le succès de Caballero, paru chez Samir éditions.


Sélectionné pour de nombreux prix (dont celui de la fondation 30 millions d'amis, excusez du peu), lauréat du prix Mots et Merveilles de Maubeuge, du prix des lycéens de Cherbourg Octeville, ce roman qui me tient particulièrement à cœur fait son chemin.
Grâce à Caballero, je rencontre beaucoup de classes de collégiens et lycéens, ce qui offre l'occasion de discussions autour de ses deux principaux thèmes, la souffrance animale et la mésestime des ados.

Si vous connaissez un tant soit peu le milieu de l'édition, vous savez qu'il sort des milliers de livres chaque année. Une foule, une marée, où l'on est noyé. Quand je me balade dans les rayons d'une librairie, je me demande toujours si je vais continuer à écrire en sortant.
Les étagères sont pleines, les piles débordent. Pourquoi un lecteur choisirait-il mon livre plutôt que celui du voisin ? Pourquoi un livre rencontre-t-il le succès, alors qu'il pourrait être invisible ? Comment un jury intègre-t-il mon roman à sa sélection ?

C'est là que je vous parle de la petite fée de chez Samir, qui s'est penchée sur le berceau de Caballero : Amélie Zaccour, une attachée de presse passionnée qui monte au créneau dès qu'elle en a l'occasion pour faire découvrir les livres du catalogue.
Je sais qu'elle a aimé Caballero, qu'elle le défend, le promeut en permanence et je voulais la remercier pour ça.
Amélie fait un métier de l'ombre, mais si important pour un auteur.

Alors, je n'y pense pas toujours, mais aujourd'hui je tiens à rendre hommage à ceux qui font ce métier, qui se battent pour nous et qu'on oublie toujours dans les dédicaces.
Je lui adresse donc  un grand merci, pour l'énergie qu'elle déploie à faire vivre les livres de Samir éditions (et surtout les miens, of course ! HA HA HA).
Et j'espère pouvoir trinquer au champagne avec elle  pour les prochaines victoires de Caballero !


mercredi 5 juillet 2017

A paraître

Aux éditions Circonflexe, Les aventures d'un doudou à travers le monde, illustrations  de Claire Shorrok.
Album
Que deviennent les doudous tombés du sac, oubliés sur un banc
ou perdus au détour d’un chemin ? Ils vivent des aventures
extraordinaires ! Voici celle de Caramel, un petit ours attachant qui
charme tous ceux qu’il croise sur son chemin.
Enfants étourdis ou rêveurs, adultes distraits ou pressés, au fil des
rencontres Caramel voyage autour du monde, depuis les pinèdes
du sud de la France jusqu’à la savane africaine en passant par les
jardins de Nagasaki. C’est finalement dans les bras d’une adorable
petite fille qu’il terminera son périple… sans pour autant cesser de
voyager, car la vie réserve de nombreuses surprises !

Août 2017



Aux éditions Circonflexe, L'heure des papapis,
illustrations  de Fabien Ocktö Lambert
Album
Et si c’étaient les papas qui allaient
chercher leurs enfants à l’école ?
Et si, finalement, aller récupérer les bouts de choux
à l’école n’était pas une corvée, mais l’occasion
de papoter avec les potes ?

Août 2017


Aux éditions du RicochetLa photo de classe, 
 illustrations  de Fabien Ocktö Lambert
Un souvenir à chérir et surtout, une bonne partie de rigolade pour réunir tous les enfants avec leurs originalités, particularités, différences…
Dès 3 ans – Album cartonné – 12,50 €
22 x 22 cm, 36 pages
ISBN : 978-2-35263-207-8
5 octobre 2017, 


Aux éditions Lire C'est partir, Un boulot pour les animaux du zoo (suivi de l'éléphant de Pâques),
illustrations  de Sophie Hérout
Roman premières lectures
Le lundi 04 mars, Harry Cow, le propriétaire du zoo, doit se rendre à l'évidence. Ses pensionnaires n'attirent pas la foule et les caisses sont désespérément vides. Il ne peut laisser les animaux mourir de faim dans leurs enclos. Alors il emprunte le car scolaire et direction... pôle emploi ! Pour manger et se loger, les animaux n'ont pas d'autre solution que gagner de l'argent et pour cela, trouver un boulot.

Septembre 2017





dimanche 11 juin 2017

Les mondes d'Animalia - Les licornes et la menace du griffon

Je suis très très heureuse de vous présenter ma nouvelle série, pour les jeunes lecteurs entre 7 et 10 ans environ.
Elle s'intitule Les mondes d'Animalia.
C'est une collection dont les animaux sont les héros. Des Terres du Grand Blanc à celle du Sud, en passant par la Forêt Chantante, chaque tome conduira le lecteur dans des aventures fantastiques et des lieux imaginaires.





Je tiens à remercier vivement les éditions Playbac et particulièrement mon éditrice Marie-Sophie Ferquel de m'avoir confié ce projet plus qu'enthousiasmant. Des licornes, des tigres, laisser libre cours à mon imagination, quoi de plus exaltant pour l'amatrice de littérature fantasy que je suis ?
Merci également à Marianne Alexandre d'avoir accepté d'illustrer mes textes. Son travail  est une pure merveille !

Dans cette première aventure, Siria, Myrte, Aqua et Orion, quatre licornes aux pouvoirs magiques traversent la Forêt Chantante. Dans ce lieu plein de légendes, une menace sommeille. Aidées par l'espiègle lynx Pistil, elles devront y faire face et protéger les habitants de la Forêt.

Je vous laisse découvrir un aperçu des personnages principaux...



C'est trop beau, non ?

Et dans le prochain tome, les tigres des neiges seront à l'honneur !


Vous trouverez Les licornes et la menace du griffon partout partout partout : chez votre libraire, en maison de la presse, dans votre grande surface. 
Alors entrez dans Les Mondes d'Animalia !

lundi 5 juin 2017

Caballero, lauréat du prix des lycéens de Cherbourg Octeville

Cherbourg, Cherbourg... 
Quel bonheur de retrouver l'air salé et iodé de ma Normandie, sous un soleil radieux.
Cherbourg, où les régates partent après le coup de corne,


où le lever de soleil sur la Saline vous subjugue,


où l'on peut jouer du tambour et faire sauter des pétards dans sa chambre, mais uniquement entre 7h00 et 22h00.
En revanche, le tuba et le biniou sont autorisés à toute heure. Qu'est-ce que j'ai regretté de ne pas avoir emporté les miens...


où des gourmandises vous attendent dans cette même chambre (manger des biscuits, ça ne fait pas de bruit) !


où les jeunes femmes de la maison parentale vous ont préparé d'autres gourmandises : les fameux Tonka dont la recette figure en dernière page de Caballero,


où vous dédicacez face au port,


où les bénévoles ont tous le sourire, tout le temps, malgré l'organisation énorme qu'ils assurent. 
Vous le ressentez, l'accueil chaleureux ?


A Cherbourg, on a aussi des surprises extraordinaires : apprendre en arrivant que Caballero a remporté le prix des lycéens.
Durant les rencontres longuement préparées, j'ai pu sentir la révolte des élèves face à l'injustice de la maltraitance animale et leur compréhension qu'il faut s'entraider pour avancer et grandir.
Des petites graines semées pour faire bouger les choses !


Un discours, un discours ! Vous noterez qu'il n'a aucun intérêt puisque l'adorable Emmanuelle, la formidable grande chef du festival (une vraie maman qui prévoit des sacs de pulls pour les auteurs qui ont froid) papote avec le maire et que Paul Rouillac est prêt à se jeter dans le port pour que j'arrête de parler. Seuls Sigrid Baffert et Rémi Courgeon tiennent le choc, probablement parce qu'ils savent que l'apéro est en train d'être servi et que, par conséquent, je vais lâcher le micro au premier bouchon qui saute.

Merci à Malo, un élève de 4ème que j'avais rencontré plus tôt dans la journée d'avoir prix la photo !


Bon, c'est pas le tout, il faut faire descendre les piles de livres. Je peux vous assurer qu'elles sont parties vitesse grand V.


Il y avait des lecteurs en grand nombre et très intéressés.
Au premier plan, Gwenaëlle Doumont, illustratrice de la série "J'aime pas..." chez Talents Hauts

Les dédicaces, il y a les classiques, avec des fées sur les fées.
Et évidemment des paillettes !



 Et des dauphins sur les fées, parce que ma dédicace précédente était un dauphin sur l'île aux aventures et que la petite pleurait pour avoir aussi un dauphin ! On va se gêner tiens, choupinette, c'est parti pour un dauphin !


Il y a aussi la dédicace pour Clémentine Beauvais, auteur des Petites Reines. 
Ouais, je me la pète, j'ai dédicacé pour une star, nanananère.


Ajoutez à tout ce bonheur un auteur musicien qui sort sa guitare, tard le soir...


Cherbourg, ne cherchez pas, c'est un salon parfait !

Un immense merci à Christine, Emmanuelle, Mickaël, François, Gaëla, Jacqueline et tous les autres pour leur constante gentillesse, leur travail énorme en amont, leur passion. 

Et une bise à Adèle avec laquelle j'ai eu un grand plaisir à échanger, si elle passe par là !

mercredi 17 mai 2017

Dé'lire à Cambrai 2017

Dé'lire à Cambrai, c'était le week-end dernier.
1600 élèves participaient dans le Cambrésis à ce rallye lecture suivi d'un salon, pour lequel Caballero était sélectionné.

Allez, je la fais tout de suite, comme ça on est débarrassés : non, messieurs dames, je n'ai fait aucune bêtise à Cambrai !

Que celui qui dit que le Nord, c'est moche, vienne faire un tour dans les rues de cette charmante ville.
Ses bâtiments, ses briques rouges, ses places, son beffroi, ses hôtels particuliers, ses trésors d'architecture, quel charme !

Et regardez un peu mon hôtel, le Clos Saint Jacques, c'est pas du topissime, ça ? Autre chose que les Formule 1 les amis !


Le petit déjeuner de l'auteur jeunesse dans le salon de l'ancienne brasserie restaurée avec goût,  c'est le bonheur, avant les interventions...


 Et si on a une petite fringale, des friteries à chaque coin de rue !




Regardez comme ils étaient nombreux, à attendre la remise des prix. Enthousiastes aussi, applaudissant à l'énoncé du titre qu'ils avaient préféré.
Caballero n'a pas gagné, mais les rencontres m'ont montré qu'il avait sensibilisé ses lecteurs à la maltraitance animale. C'est l'essentiel !




Et du Nord, on repart avec des sourires mais aussi de quoi se sustenter : de la bière et du pâté (pour mon mari), des gaufres et les fameuses bêtises pour moi !

Un grand grand merci à Frédérique, Christelle, David et tous les organisateurs, ainsi qu'aux enseignants pour leur accueil chaleureux, l'organisation parfaite, la préparation énorme en amont.

Et une léchouille de Fusayn, dont la photo a bien fait rire les élèves !


mardi 28 mars 2017

Wissembourg 2017

Depuis 2015, le salon du livre jeunesse de Wissembourg n'a lieu que tous les deux ans.
Raison de plus pour se réjouir de recevoir une invitation pour cette manifestation hautement sympathique, où les statues portent des cache cols serpents et des bas en tricot (pour ne pas avoir froid à leurs papattes de statues, évidemment).


 Bon, les jeunes, y a du taff, faut s'installer !



Thierry Desailly, Elsa Devernois et Sandra Poirot-Cherif sont prêts !
Enfin, quand Elsa aura terminé son imitation parfaite de Dalida...


Anne Mahler et Christian Peultier profitent des derniers moments de calme, le dos chauffé par le soleil.



Et les portes s'ouvrent, plus le temps de faire des photos, à part quelques dédicaces, rapidement, quand on me demande une licorne verte, par exemple...



D'un coup, il est dimanche, 17h30.
Le salon est fermé depuis 30 minutes, mais il reste deux irréductibles dédicaceurs, qui ne veulent pas lâcher crayons et pinceaux.
Willy le libraire et Nathalie la médiathécaire nous menacent d'être rangés avec les chaises dans le hangar, pour les deux années à venir. Mais Patrice Seiler dégaine son arme magique, le trèfle à quatre feuilles qui éloigne les dérangeurs de gribouiller en rond ! 
HA HA, on vous a bien eus, on ne partira pas tant qu'il reste UN livre sur les tables, même ceux des copains, on s'en fout, on est des guedins, on dédicace tout tout tout !


Bon, ils ont gagné, ils nous ont attrapés avec le remède magique des auteurs en fin de salon, celui qui guérit les tendinites et les lèvres sèches : un crémant pour mon panda et un Vaqueyras pour monsieur Nostoc
On a bien été obligés de les suivre et de laisser la médiathèque reprendre sa vie tranquille.



Cette année encore un grand merci à tous ceux qui nous ont accueillis dans cette ambiance chaleureuse et familiale, à tous les lecteurs . 
Et à Lyse, une fidèle lectrice, qui a tenu à réaliser et m'offrir un portrait très ressemblant (on reconnaît bien les cheveux fous) !



Vérifiez bien les sièges, j'ai gravé mon nom sur l'une d'elles, je reviens dans deux ans, les amis, c'est obligé !

mardi 21 mars 2017

Galaxine et les cranards de Mars

GALAXINE EST DE RETOUR !

Nous sommes en mars, quel meilleur moment pour expédier ma Veilleuse de l'Espace sur Mars ?


Après avoir sauvé les anneaux de Saturne, la voilà partie pour quelques jours de congé sur la planète rouge. Son objectif : surfer, bronzer, buller.

Mais bien sûr, rien ne va se passer comme prévu : les Loups Jumeaux, des pirates de l'Espace, capturés beaucoup trop facilement juste avant son arrivée, une épidémie qui transforme certains Martiens en canards (ou plutôt en cranards, vous découvrirez pourquoi...), une attaque de l'usine de Patatartinor, la rencontre du si beau shérif surfeur Gayle d'Oslo Bos...

Une nouvelle aventure de Galaxine et de son fidèle Aérofrin entre manipulations génétiques, complots, trahisons. 

Je l'avoue, 197 pages complètement zinzins vous attendent, dans une aventure encore plus farfelue que la précédente. Je me suis beaucoup, beaucoup, beaucoup amusée en l'écrivant, j'espère que vous vous amuserez autant en le lisant.


Nous avons hésité pour le titre avec "Galaxine rejoint le mouvement en mars", "Galaxine, en mars et ça repart", "Galaxine, Mars à l'ombre", "Galaxine, sur Mars, ouiiiiinnnnn !".
Il y avait finalement assez de bêtises à l'intérieur, donc nous sommes restés sur le très sérieux "Galaxine et les cranards de Mars". Tout un programme, non ?




Galaxine est parue aux Editions Balivernes dans la collection Carabistouilles et la couverture est illustrée par Paul Drouin.