barre

Lenia Major, auteur jeunesse
| Bibliographie | Contact | Rencontres | Site | Boutique | E-books |

jeudi 26 mars 2015

Rencontre...

J'ai partagé cette anecdote sur un groupe lié à l'édition jeunesse et il a touché beaucoup de ceux qui l'ont lue, alors je vous la raconte ici aussi.

C'est un de mes meilleurs souvenirs de rencontres, avant un salon du livre. 

Petit atelier d'écriture d'une matinée dans une classe de CM2. 
Une élève au fond de la classe, surpoids, joues rouges, fagotée dans le pull sûrement tricoté par maman ou pire, par mamie, pantalon en velours. Vous voyez le tableau : pas le genre de fille populaire qui se lisse les cheveux le matin plutôt que de prendre le petit déjeuner. La campagne profonde (dit la fille qui vient d'un lieu-dit paumé du Pays D'auge).

L'exercice consistait en l'ajout d'une page dans "Le clown et la ballerine". Imaginer une péripétie dans le cirque et la rédiger en rimes.
Après quelques minutes, elle propose un mot en chuchotant. Il est bien, ce mot, il colle. Ah, une phrase, un peu plus haut. Et de plus en plus d'idées. 
Elle a les joues rendues cramoisies par l'excitation. Je la fais venir au tableau comme secrétaire, parce qu'on voit qu'elle se donne à fond et que ça n'est pas son habitude. Et que tout ce qu'elle dit est pertinent aussi, je ne suis pas complètement folle. 

Je surprends une grimace de l'instit. Aie, elle ne doit pas être très bonne en orthographe, pourquoi j'ai choisi la dyslexique de la bande qui va lui mettre la honte ? On ricane un peu dans les rangs.  Pas le genre à passer son temps dans les bouquins, la petite grosse, elle va se ridiculiser, on va bien se marrer.

Effectivement, au tableau, l'orthographe n'est pas au top, mais la mouflette est transfigurée, heureuse, volontaire. Moi, je ne demande rien de plus ! L'orthographe, je m'en fous, ce que je veux, c'est de la spontanéité et de l'envie.
L'atelier se termine, on a bien travaillé, tout le monde est content.

Le lendemain, qui vois-je traverser la tente du salon ? Ma petite demoiselle. Elle s'arrête devant ma table, traînant ses parents derrière elle. Fringués comme elle, joues rouges comme elle. On dirait des paysans du fin fond de ma Normandie natale, années 1980.
Si j'étais auteur, j'en rajouterais et je vous décrirais le père tordant son béret entre ses mains noueuses.

Les parents m'abreuvent de remerciements d'avoir fait participer leur fille, m'inondent sous un déluge de compliments, achètent la moitié de mes livres. Je suis aussi rouge qu'eux. Je n'ai pas fait grand-chose. J'ai profité de l'imagination de leur fille pour enrichir l'atelier, ça ne mérite pas tant. Ils l'encadrent, le sourire jusqu'aux oreilles. On dirait que c'est la première fois qu'elle est à l'honneur, la minette. 
Elle est boostée, veut tout lire, radieuse. Ses yeux brillent. Et là, je n'exagère pas. Vous savez ce que c'est quand vous êtes FIER et que vos yeux le disent ?

Alors la petite demoiselle, lira, lira pas ? Basculera dans la lecture ou pas ?  Cette rencontre aura-t-elle changé quelque chose dans sa vie ? Dans le regard que les autres ont sur elle ?


J'ai régulièrement assisté à cet éveil d'élèves peu scolaires, mais cet enfant m'a particulièrement touchée. 
Se souvient-elle de cette matinée, je ne sais pas mais, moi, je ne l'oublierai pas.

mardi 24 mars 2015

Ah, Paris...

Le week-end dernier, j'étais invitée par les éditions Talents Hauts au salon du livre de Paris.
Une première, puisque j'ai plus l'habitude de traîner ma plume et mes paillettes dans les petits salons régionaux que dans les grandes usines de type brouhaha, chaleur et migraine.

D'abord une table ronde sur le thème des aventurières, animée par Fred Ricou.
Il paraîtrait que j'ai dit des choses intéressantes.... mais rien n'est moins sûr quand on note l'air dubitatif de mon voisin, Alessandro Tota !



 
Remarquez également qu'on n'avait qu'une paire de lunettes pour deux, du coup, on alternait celui qui avait le droit d'avoir l'air intelligent.


Après une heure de défense de la cause féminine dans les romans ados, il faut tout de même rendre le micro puisque personne ne voulait entendre ma version de "à vélo, dans Paris, on dépasse les taxis". 

Après, dédicaces. Youpi !
Y a la queue, comme chez Marc Levy (presque).
Bizarre, cette phrase. Je la garde quand même.


Mais, elle vient du moyen-âge, la dame, avec sa plume et son cachet de cire ?
Elle l'a garée où, sa licorne ? Sur sa bague ? Oh, la vache, c'est de la magie !


Et pour finir, clou du spectacle, la dame des flammes entre en piste !
Au feu, les pompiers, le salon qui brûle, au feu, les pompiers, le livre brûlé !


Merci à Mélanie Decourt et Laurence Faron, mes deux charmantes éditrices pour leur accueil... et les photos prises sur le vif !

N'oubliez pas, si vous voulez que je vienne mettre le feu sur votre salon, envoyez-moi un petit mail !
(j'ai dit sur, je n'ai pas dit "dans" votre salon, je ne fais pas la pyromane à domicile, mes petits choux).



mardi 24 février 2015

Tibo et le mage Dyslexis à la radio !

Un grand merci à Virginie Brivady qui a présenté Tibo et le mage Dyslexis dans sa rubrique "Les petites histoires", sur Vivrefm.



Retrouvez le podcast en cliquant sur le lien et sa fiche sur livres accès, le guide des livres jeunesse en édition adaptée.

Vous pouvez commander Tibo et le mage Dyslexis uniquement ici. L'album est expédié dans les 24h ouvrés qui suivent la commande. Vous pouvez même demander une dédicace ! 

Bien sûr, la mise en page et la police sont spécialement adaptées aux enfants dyslexiques.

mercredi 18 février 2015

Gagnez Galaxine et les anneaux de Saturne



Un petit concours pour gagner un exemplaire de Galaxine et les anneaux de Saturne, dédicacé : Partagez ce lien sur FB et twitter, Galaxine et les anneaux de Saturne, aux éditions Balivernes accompagnée de la description ci-dessous en remplaçant "........" par le nom du vaisseau de Galaxine !

En compagnie du beau et fidèle androïde Aérofrin, Galaxine parcourt le cosmos dans son vaisseau, le".......", enquêtant et rétablissant l’ordre dans le système solaire et même au-delà. Cette fois-ci, la Veilleuse de l’Espace se rend sur Saturne après un appel terrifié du gouverneur de la planète. Les anneaux ont disparu !
Tirage au sort le 15 mars. Bonne chance !

dimanche 15 février 2015

Bibliographie en un clic

C'est nouveau, c'est tout simple :
Retrouvez désormais l'essentiel de la bibliographie directement dans la barre d'accueil !


Cliquez ensuite sur la couverture du livre qui vous intéresse et découvrez les résumé, éditeur, format, ISBN et tout le tintouin...
Bonne visite !


dimanche 1 février 2015

Soufflenheim - Collège Albert-Camus La tête dans les étoiles - Article DNA

Un bel article paru le 30/01/15 dans les Dernières nouvelles d'Alsace, pour retracer nos aventures dans l'espace intergalactique. On a l'air sérieux, là. Faut pas croire, on s'amuse beaucoup, surtout qu'on a le droit de dire caca de chameau et pipi de gecko ! 


"Les élèves de la classe de 5e 1 du collège Albert-Camus vivent une expérience assez rare : plongés dans l’univers des lettres, ils se sont donnés pour mission d’écrire un livre avec l’aide d’un écrivain, Lenia Major.


Les idées fusent et les secrétaires de séance s’affairent pour noter les trouvailles des élèves guidés par Lenia Major. PHOTO DNA
Tout a commencé par la lecture du nouveau récit de Lenia Major, Galaxine et les anneaux de Saturne , avec leur professeur de français, Mme Franck.
L’histoire pleine d’aventures et d’humour a entraîné les élèves dans l’univers des planètes qu’ils ont exploré avec leur professeur de sciences physiques, Mme Zimmer.

Galaxine et Aérofrin

Après avoir invité l’auteur à une dégustation très spéciale de gâteaux qui semblaient venir d’ailleurs et rebaptisés «Chocomète» ou «Croust’étoiles», et d’un échange nourri de questions très précises sur le travail d’un auteur de littérature jeunesse, les élèves apprentis écrivains se sont lancés dans l’écriture de la suite des aventures des deux héros, Galaxine et Aérofrin.
Forts des connaissances acquises, ils ont suivi les conseils de Lenia Major pour élaborer le synopsis lors d’un brainstorming très fructueux. Et grâce à l’auteur, ils n’ont pas connu les affres de la page blanche, quand ils ont abordé l’écriture du premier chapitre, même s’il n’a pas été facile de trouver la première phrase du roman !

Repartir avec son livre

Les élèves se sont lancés, telle l’héroïne du livre, sans peur et avec humour dans cette aventure qui va se poursuivre encore quelques semaines.
Certains élèves particulièrement inspirés et aimant manier le crayon, ont commencé quelques esquisses.
Avec leur professeur d’arts plastiques, Mme Castel, ils illustreront leur récit, et d’ici la fin de l’année, chaque élève pourra repartir avec son livre. En attendant, il reste encore un bon bout de chemin à faire et de nombreux chapitres à rédiger, mais toujours la tête dans les étoiles."

dimanche 25 janvier 2015

Atelier d'écriture, Soufflenheim dans l'Espace pendant 2 mois !

Durant 8 semaines, une classe de 5ème du collège Albert Camus de Soufflenheim quitte l'Alsace pour s'envoler à bord du Moucheron, en compagnie de Galaxine et Aérofrin. 




S'inspirant de la première aventure qu'ils étudient grâce à leur professeur de français, madame Franck, ils vont écrire leur suite. Les 16 heures dont nous bénéficions permettent un travail de longue haleine, très construit et étoffé. En parallèle, le professeur de physique en profite pour parcourir le système solaire, pendant que le professeur d'arts plastiques les guidera dans l'illustration de leur roman. Tout un projet de classe autour de Galaxine, qui en est très flattée !

Les élèvres ont tellement bien compris la philosophie de leur héroïne (ne rien faire l'estomac vide) que j'ai été accueillie autour d'un goûter où les élèves avaient rivalisé d'ingéniosité pour concocter des gâteaux en rapport avec le livre :

Les croust'étoiles


Le chocomète


Le Love cake


Il y avait également l'anneau de Saturne, qui a lui aussi disparu si rapidement et mystérieusement qu'on n'a pas eu le temps de le prendre en photo ! Pas besoin d'enquête, je vous livre les coupables, la main dans l'assiette !


Quand on a pris des forces, il est l'heure de faire fonctionner les méninges. Et l'imagination, cette classe n'en manque pas. On fait même le signe de la victoire à l'arrière, puisqu'après une heure et demie intense, on a rédigé tout notre synopsis !


A force de bonds sur toutes les planètes du système solaire, de glissades dans les trous noirs, de forage dans les noyaux, il est décidé à l'unanimité que l'aventure s'appellera Galaxine et les diamants de Neptune.
Au boulot, les deux secrétaires, il y a urgence ! Il ne nous reste que 30 minutes pour mettre en forme le chapitre d'introduction.


Je vous livre le début, en exclusivité interplanétaire !

Un  mystérieux vaisseau pénètre dans l’atmosphère neptunienne alors que l’aurore fait irradier la planète de diamants. Les Neptuniens endormis ne savent pas encore que le pachyderme qui survole leur planète va bouleverser leur existence paisible. À bord de l’engin, des hommes vêtus de combinaisons en cuir de loup d’Orcus s’agitent. Le chef, le doigt sur un gros bouton rouge, lance :
- Alors, les Camusprofs, prêts pour la fortune ? On leur balance notre petit cadeau ?

Voilà les "profs de Camus" transformés en méchants pirates, très bruts de décoffrage et bas de plafond, les Camusprofs. 
Je sens qu'on va bien rigoler...
Vivement la suite, mercredi prochain !