barre

Lenia Major, auteur jeunesse
| Bibliographie | Contact | Rencontres | Site | Boutique | E book | A paraître |

mardi 10 octobre 2017

Le festival du livre de Mouans Sartoux

 Aller à Mouans Sartoux, c'est d'abord survoler la baie des anges, et être assise à côté d'un paniqué de l'avion, qui se demande où on va bien pouvoir atterrir dans tout ce bleu.
Non, monsieur, n'arrache pas le siège de devant, il ne t'a rien fait et il y a bien une piste à babord, où notre pilote à la voix suave va nous poser sans encombre (il l'a déjà fait trois fois rien qu'aujourd'hui, tu sais, monsieur, ne mange pas la mousse du siège, ce n'est pas bon pour toi).


Grâce à un de nos charmants chauffeurs, direction l'hôtel. 
On croit un instant qu'on va se dorer au soleil, sous 27°, les doigts de pied dans l'eau qui clapote.

Mon œil, les copains ! Parce que c'est parti pour un WE non stop dédicaces, le ciel bleu, t'es pas prêt de le revoir, fillette ! Y a déjà 200 mètres de queue devant la billetterie.
Et pas que pour voir les stars, le beau monde, les gens intelligents, madame la ministre.
Que nenni, les parents et les enfants sont là aussi pour le livre jeunesse !



Au début, y a plein de livres sur la table et dans les cartons...


Le lendemain matin, 6 tonnes de paillettes plus tard, il n'y a plus de cartons, et presque plus rien sur la table.


Alors, je n'ai pas pu faire beaucoup de photos, parce que comme le répétait ma jolie libraire : y aura un peu d'attente messieurs dames pour les dédicaces...
De la licorne, des fées, des perroquets, des kangourous... et des doudous à gogo.


M'étant rapidement spécialisée dans la reproduction de doudou pour l'album "Les aventures d'un doudou à travers le monde", j'ai eu un moment de solitude :
- C'est quoi le doudou de Marcus ?
- Un Oryx ! Son papa lui a rapporté d'Afrique du Sud.

Merci google pour les images d'Oryx, sans lesquelles Marcus aurait eu un ours, un lapin ou une souris comme tout le monde !



Mouans Sartoux, c'est un festival où l'on peut aussi se régaler concerts, lectures, rencontres, performances...
(j'ai rien vu, étant donné que j'étais le nez dans l'aquarelle, mais ça devait être superbe pour le public, qui vient par milliers et ne s'y trompe pas).




Et c'est aussi une soirée bal avec auteurs, illustrateurs, et les adorables organisateurs et bénévoles. Ici, avec mes belles libraires. Un grand merci à eux pour leur patience, l'organisation sans faille, leur disponibilité, leur sourire imperturbable !


La photo n'est pas floue à cause du champagne, comme le cliché précédent pourrait vous le laisser croire, mais parce que les danseurs sont déchaînés !


Enfin, une dernière photo de Maison Eliza, l'édition coup de cœur du festival, où Chichi Poilu se trouve en excellente compagnie : Bérengère Mariller, Valérie Wieshar Giuliani, Anne Defréville, Flora Prevosto, Maurèen Poignonec, Caroline Attia, Johan Dayt. 
Il manque la choupinette bouille à bisous de Lou sur la photo !



On se dit à l'année prochaine au même endroit ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire